Best photos just for you

======= Recherche des photos inédites ======= ===================================

La maladie de Parkinson

Added 12/4/2011

 

La maladie de Parkinson




La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique, caractérisée par une lenteur des mouvements, une raideur musculaire et des tremblements. 

Remarquablement décrite au XIXème siècle par le médecin anglais James Parkinson, la maladie qui porte aujourd'hui son nom est très fréquente, puisqu'elle touche environ 1% de la population des plus de 50 ans. Classé parmi les maladies dégénératives, le syndrome parkinsonien ressemble à un vieillissement accéléré. 

Il peut être traité par des médicaments permettant à certains malades de maintenir leurs activités, mais d'autres voient leurs troubles physiques et intellectuels s'aggraver. 


Les causes de la maladie



Elles sont encore inconnues. La survenue de la maladie est probablement liée à de nombreux facteurs. Il existe une prédisposition génétique, mais l'environnement joue aussi un rôle (dans le monde rural par exemple, l'influence de toxiques tels que des pesticides). 


Le dysfonctionnement des neuromédiateurs 
est en grande partie cause des frictions 
lors de la neurotransmission.

Aucun facteur n'est sans doute le seul responsable des troubles. 

Le mécanisme de la maladie est quant à lui mieux connu depuis quelques années : il s'agit d'une dégradation touchant en particulier certaines cellules nerveuses à l'intérieur du cerveau. 

Cette dégradation provoque la diminution de la synthèse d'une substance qui sert à contrôler les mouvements volontaires ou automatiques du corps, la dopamine. 


Les symptômes



La maladie commence vers l'âge de 55 ans environ ; elle est parfois déclenchée par un stress important (à la suite d'une intervention chirurgicale ou d'un choc affectif) mais, le plus souvent, elle survient sans raison apparente. Son évolution est très progressive, l'un des premiers signes étant une écriture en pattes de mouche, avec des lettres très petites. Lorsque la maladie est installée, le patient souffre du syndrome parkinsonien, qui associe des mouvements rares et lents (akinésie), une raideur musculaire (hypertonie plastique) et des tremblements au repos. 

Des mouvements rares et lents



Ce signe apparaît au début de la maladie. Il est bien visible sur le visage qui reste figé, inexpressif, impassible : rares clignements des paupières, expression réduite. 

Le malade a des difficultés à faire des mouvements rapides, il économise ses gestes. Ses bras ne se balancent plus pendant la marche. La perte du balancement automatique du bras lors de la marche est d'ailleurs fréquemment asymétrique. La parole est monocorde. Les mouvements volontaires sont lents, rares, parfois seulement ébauchés ; ils sont plus importants, au moins au début, d'un côté du corps. 

Une raideur musculaire



Elle se caractérise par le maintien d'un membre dans la position dans laquelle il est placé. Cette raideur, appelée hypertonie, touche surtout les muscles fléchisseurs et donne au patient une attitude penché en avant. 

Le mouvement d'une seule partie de membres est difficile, ne cédant parfois que par à-coups et donnant un aspect de roue dentée. 


Des tremblements



Ils sont présents au repos, réguliers (entre 4 et 8 oscillations par seconde), touchent le plus souvent l'extrémité des membres supérieurs et disparaissent lorsque le malade effectue des mouvements volontaires. Le tremblement peut siéger au niveau du pied, qui semble alors battre la cadence et est souvent très accentué par les émotions, les efforts intellectuels ou la fatigue. 

Ces symptômes provoquent chez le malade des difficultés de plus en plus grandes à accomplir les gestes de la vie quotidienne : se lever, s'habiller, manger. 
Malgré ces signes physiques, les facultés intellectuelles restent intactes jusqu'à un stade avancé de la maladie, mais cette dégradation physique entraîne souvent une dépression. 


Traitement de la maladie de Parkinson



Notez que les traitements sont essentiellement médicamenteux. 

Traitements médicamenteux



La lévodopa : le traitement repose surtout sur l'administration de lévodopa, appelée également L.-dopa, qui, une fois absorbée, se transforme en dopamine. Cette substance, la lévodopa, est surtout efficace lorsque prédominent certains signes, comme la lenteur des mouvements et la raideur musculaire. 


Grâce à ce traitement, les symptômes disparaissent pendant une période pouvant aller de deux à cinq ans, suivie ensuite d'une réapparition des tremblements, qui sont alors souvent plus importants qu'à l'origine ; de plus, on observe des effets secondaires des traitements (fluctuation de l'effet du traitement au cours de la journée, mouvements anormaux, "paralysies" totales pendant une heure et plus, etc). 

Les autres médicaments antiparkinsoniens : ils sont prescrits seuls ou en association lorsque le traitement par la lévodopa a échoué. 

Ce sont les anticholinergiques, essentiellement utilisés en cas de tremblements, mais dont la prescription est actuellement limitée en raison de leurs effets secondaires (troubles du comportement, délires) ; des substances qui se fixent sur les récepteurs de la dopamine, provoquant les mêmes effets que celle-ci ; des substances qui empêchent la dégradation de la dopamine dans le cerveau et qui, en outre, présentent l'avantage de ralentir l'évolution de la maladie. 

Des traitements autres que médicamenteux



Le traitement de la maladie de Parkinson est généralement médicamenteux, mais il existe d'autres techniques qui peuvent soulager le malade : 

la kinésithérapie : qui sert à lutter contre la faiblesse musculaire du malade et vise à rééduquer globalement la marche et l'équilibre ; 

la chirurgie
 : qui est utilisée quand les tremblements ont résisté à tous les autres traitements. Elle consiste à stimuler une partie du thalamus à l'aide d'électrodes. 

la greffe de cellules : traitement encore expérimental. Quand elle est pratiquée, les chirurgiens procèdent alors à une greffe de cellules de glandes surrénales. Ces cellules ont pour caractéristique de synthétiser de la dopamine en très grande quantité. 

L'efficacité du traitement



En général, le traitement permet au malade de poursuivre ses activités quotidiennes et prolonge son existence. 

Chez certains patients, l'efficacité des médicaments peut diminuer après plusieurs années. Les troubles moteurs réapparaissent alors, mais sont plus accentués, et les capacités intellectuelles du malade se réduisent progressivement. 

Parkinson, une maladie neurologique

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

   –> Qu'est ce que la maladie de Parkinson?

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique et évolutive qui se manifeste principalement par des troubles de mouvement. Cette maladie est causée par le perte des cellules neuronales dans une partie du cerveau que l'on nomme  la “substance noire”.  Ces cellules produisent la dopamine, un des médiateurs de l'influx nerveux qui agit comme messager entre les cellules du cerveau impliquées dans le contrôle du mouvement (synapses).

La diminution significative de dopamine qui résulte de la destruction de ces cellules entraîne l'apparition des symptômes de la maladie de Parkinson : troubles moteurs et psychologiques, troubles du sommeil, état dépressif, etc…

       –> Comment se caractèrise la maladie?

Trois symptômes moteurs principaux signalent l'existence de la maladie :

               ¤1- Un tremblement de repos agite les membres surtout les extrémités (les pouces). Le plus connu de tous, ce symptôme ne se manifeste pourtant que chez deux tiers des personnes atteintes.

               ¤2- Une lenteur de mouvements, ou encore une altération des mouvements automatiques (tels que mimiques et marche). C'est ce que l'on nomme “akinésie”.

                ¤3- Une raideur apparente des muscles, due à une hypertonie musculaire.

En plus de ces symptômes physiques, la maladie s'accompagne de troubles psychique.

      –> Qui est touché par la maladie de Parkinson? 

La prévalence de la maladie augmente avec l'âge. La maladie touche plus les hommes (55% des malades) que les femmes (45%).

        –> Traitements

Selon les estimations, 80% des cellules produisant la dopamine ont déjà cessé de fonctionner au moment ou le diagnostic est prononcé. Cependant, le traitement de base, la L-Dopa (un précurseur de la dopamine), permet de pallier le manque de dopamine et offre au malade de mener une vie quasi-normale même plusieurs années après que la maladie ait été diagnostiquée. Il n'existe capendant à ce jour, aucun médicament qui permette de ralentir ou d'arreter la progression de la maladie.

La neurochirurgie offre à certains malades des espoirs réels d'amélioration de leur état. Il s'agit de stimuler le cerveau par des électrodes reliées par un câble sous-cutané à un boitier de stimulation placé sous la clavicule. Cette technique s'avère efficace, permettant en particulier de reduire les tremblements, de diminuer la raideur musculaire et de faciliter les mouvements. Toutefois, la neurochirurgie n'est proposée qu'à des malades qui ne présentent pas de troubles psychatriques, dont l'état de santé est satisfaisant et qui sont atteints de la maladie de Parkinson depuis plus de 5ans.

     –> Evolution de la maladie

On s'accorde généralement à distinguer trois phases d'évolution de la maladie :

          ¤ La “lune de miel” : est une période qui dure 3 à 8 ans au cours de laquelle le patient peut jouir d'une vie pratiquement normale à l'aide du traitement dopaminergique. Le traitement procure alors dans la plupart des cas une amélioration notable.

          ¤ La période de fluctuations dans la motricité : le traitement devient de moins en moins efficace. Après six ans, 60% des patients souffrent d'akénisie (difficulté à effectuer un mouvement musculaire) et de dyskinésies (mouvement mentale, hallucination visuelle, baisse des capacités intellectuelles).

      –> Vie quotidienne

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson se fatiguent plus rapidement. La rigidité musculaire la lenteur des mouvements et la dépression expliquent cette fatigabilité. A celle-ci s'ajoutent les risquent de chute et la difficulté à marcher.

Pour vivre convenablement à domicile, l'habitation de la personne atteinte doit être aménagée pour garantir une sécurité maximale.

La maladie n'affecte pas seulement la personne atteinte, mais également son entourage. Celui-ci extrêmement sollicité, est pourtant, souvent laissé pour compte dans la prise en charge de la maladie. Les enquêtes réalisées sur le sujet montrent pourtant que le conjoint ou l'aidant principal, souffre de ne pas pouvoir consacrer suffisamment de temps à ses propres loisirs, tant la maladie du proche l'accapare.

 

                                                                    Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Category : Not specified | Comments (1) | Write a comment |

disneyland paris

Added 12/4/2011

 

 

 

Disneyland Paris

Category : Not specified | Comments (1) | Write a comment |

Manucure photos et images

Added 12/4/2011

 

 

 

Category : Not specified | Comments (0) | Write a comment |

un dos tres

Added 12/4/2011

un dos tres

 

 

Tags : un dos tres
Category : Not specified | Comments (1) | Write a comment |

Beauté photos et images

Added 12/4/2011

 

 

Beauté volée

Concours de beauté Nouvelle Route de la Soie 2008 (Sanya)

Category : Not specified | Comments (1) | Write a comment |