Pilule images et photos » Best photos just for you

======= Recherche des photos inédites ======= ===================================

 Pilule images et photos

12/4/2011

La pilule




La pilule est constituée d'hormones qui, en modifiant le cycle physiologique de la femme, lui permettent d éviter une grossesse. 

La pilule contient des hormones féminines de synthèse (œstrogène et/ou progestatif), proches de celles sécrétées par les ovaires, qui agissent sur le déroulement du cycle de la femme. 


Les types de pilule



La pilule existe sous 3 formes, selon sa composition en œstrogène et en progestatif. 

La pilule combinée



C'est la plus courante. Chaque comprimé contient un œstrogène et un progestatif. Si la quantité d'œstrogène présent est faible, la pilule est dite "minidosée" ; si, au contraire, elle est forte, on parle de pilule "normodosée". 

La pilule est "monophasique" lorsque la dose d'œstrogène et de progestatif est constante ; elle est "biphasique" quand cette dose est plus importante en fin de cycle, et "triphasique" lorsqu'elle augmente en 3 paliers au cours du cycle. 

La pilule séquentielle



Elle ne comporte que des œstrogènes dans une première phase du cycle (7 à 14 jours, selon les types de pilule), puis une association d'œstrogène et de progestatif dans une seconde phase. Elle est rarement prescrite, et toujours de façon limitée dans le temps. 

La pilule progestative (ou micropilule)



Elle est composée d'un progestatif à très faible dose. Elle est moins efficace que les autres types de pilule et il ne faut surtout pas oublier de la prendre. Elle est indiquée chez les femmes cardiaques, diabétiques ou chez celles qui allaitent. 


Le mode d'action



Il varie selon le type de pilule. 

La pilule combinée



C'est la plus efficace (près de 100 % de réussite), car elle agit à 3 niveaux. En premier lieu, elle bloque l'ovulation : en présence d'une quantité d'hormones suffisante, les ovaires cessent leur activité. En deuxième lieu, elle modifie la glaire cervicale, laquelle devient imperméable aux spermatozoïdes. Enfin, elle amincit la muqueuse utérine, empêchant l'implantation de l'œuf fécondé. 
Les pilules combinées sont les plus prescrites. 

La pilule séquentielle



Elle n'agit que sur l'ovulation, qu'elle inhibe. 

La micropilule progestative



Elle agit sur la glaire cervicale, qu'elle épaissit, formant ainsi une barrière contre les spermatozoïdes, et sur la muqueuse utérine, qu'elle amincit, rendant la nidation de l'œuf impossible. 
Elle ne bloque pas toujours l'ovulation. 


Le mode d'emploi



Une plaquette comprend 21, 22 ou 28 comprimés, selon le type de pilule. La première prise a lieu le premier jour des règles. Les comprimés suivants doivent être pris dans l'ordre (en respectant les jours de la semaine inscrits sur la plaquette, chaque jour à la même heure) pour que l'effet contraceptif soit maximal. 

Cette régularité est surtout importante pour la pilule progestative, dont la prise quotidienne doit avoir lieu à heure fixe. Un écart de plus de 2 heures augmente le risque de grossesse. 

En cas d'oubli de pilule combinée ou séquentielle 

Il faut agir de la façon suivante : 

  • si l'oubli est inférieur à 12 heures, il n'y a pas de risque de grossesse ; il faut prendre le comprimé oublié dès que possible et utiliser normalement la plaquette en cours ; 
  • si l'oubli est supérieur à 12 heures, l'efficacité n'est plus garantie ; il faut prendre le comprimé oublié avec celui du lendemain et finir la plaquette tout en utilisant une contraception locale (spermicide, préservatif, diaphragme) jusqu'à la fin des règles ; 
  • si l'oubli est supérieur à 2 jours ou très proche de la fin de la plaquette (moins de 7 jours), il faut commencer une nouvelle plaquette sans faire de pause et utiliser une contraception locale pendant 7 jours.

Ces précautions sont indispensables pour éviter une grossesse indésirée (les grossesses "sous pilule" représentent de 10 à 15 % des demandes d'interruption volontaire de grossesse). 


Les effets indésirables



Les risques encourus avec les pilules combinées et séquentielles sont principalement d'ordre vasculaire. En effet, ces pilules peuvent augmenter légèrement la tension artérielle, avec un risque accru d'accident cardiovasculaire, d'embolie ou de phlébite, augmentant avec l'âge, le tabagisme, l'obésité et l'hypertension. C'est la raison pour laquelle un suivi médical 1 ou 2 fois par an est indispensable. 

Les effets indésirables sans gravité sont les maux de tête, les nausées, une prise de poids, une lourdeur des jambes. Ils doivent être signalés au médecin, qui prescrira alors une pilule contenant un dosage hormonal différent. 


Les contres-indications



La pilule est déconseillée aux femmes qui ont un excès de poids et qui sont fumeuses et âgées de plus de 35 ans ainsi qu'à celles qui souffrent des maladies suivantes : affections cardiaques graves, hypertension artérielle, phlébite, embolie pulmonaire ou artérielle, antécédents ou risque d'accident vasculaire cérébral, affections hépatiques sévères ou récentes, cancer du sein ou de l'utérus, fibrome volumineux, insuffisance rénale chronique, augmentation importante du cholestérol sanguin, certaines formes de diabète, porphyrie aiguë (trouble de l'hémoglobine), hémorragies génitales non diagnostiquées. Enfin, la pilule n'est pas prescrite aux femmes qui doivent suivre un traitement interférant avec son action. 


La prescription de la pilule



Seul un médecin est habilité à prescrire la pilule. Au préalable, il évalue l'état de santé de sa patiente et recherche d'éventuelles contres-indications (maladie, traitements en cours...). Il effectue un examen général (mesure de la tension artérielle, poids...), un examen gynécologique, comprenant un frottis cervico-génital (destiné à déceler des cellules cancéreuses utérines) et demande un bilan glucido-lipidique (taux de graisses et de sucre dans le sang). 


La pilule du lendemain



Après un rapport non protégé, la femme peut éviter une éventuelle grossesse en se rendant le plus rapidement possible chez un médecin ou à |'hôpital. 

La pilule du lendemain empêche la nidation de l'ovule fécondé. Elle doit être absorbée dans les 72 heures qui suivent le rapport sexuel. Son taux d'efficacité est de 98,5% et ses effets secondaires (nausées et vomissements) sont de plus en plus maîtrisés. Ce mode contraceptif permet d'éviter un pourcentage non négligeable d'interruptions volontaires de grossesse. 



 

 

Category : reserved to connected users | Write a comment | Print

Comments